A l’IFA, Google Assistant marque son territoire

0

Sony, Harman, Panasonic… lancent des enceintes compatibles avec les technologies d’assistance vocale Alexa et Google Assistant.

Dans les allées de l’IFA, le salon mondial de l’électronique qui se tient à Berlin ce week-end, c’est à qui aura le plus grand stand, le plus sonore… Deux grands noms frappent toutefois par l’absence d’un espace d’exposition digne de ce nom : Amazon et Google.

Pourtant, les deux américains sont partout, et pour cause : avec leurs technologies d’assistance vocale respectives – Alexa et Google Assistant – ils ambitionnent de devenir l’interface de tous nos gadgets connectés.

Au CES de Las Vegas en janvier dernier – l’autre grand salon incontournable du secteur – Amazon avait incontestablement marqué des points en annonçant par dizaines des produits compatibles avec son assistant intelligent.

Six mois plus tard, Google semble décidé à lui rendre la pareille. Sur le salon berlinois, les enceintes intelligentes permettant de dialoguer avec l’intelligence artificielle développée par les ingénieurs de Mountain View ont fleuri. Panasonic, Harman, Anker, Mobovi, Sony… Nombre de constructeurs lancent leur propre haut-parleur connecté à Google Assistant, chacun insistant sur le design ou les qualités audio de son appareil pour se différencier.

Google veut répéter le succès d’Android

Moins d’un an après le lancement par Google de sa propre enceinte maison , Google Home, et à peine un mois après son arrivée sur le marché français, le groupe estime plus important de développer l’utilisation de ses logiciels d’assistance vocale que de vendre du matériel électronique (à l’opposé d’Apple qui joue sa partition solo comme à son habitude et réserve les conversations avec Siri à son Home Pod). Google veut répéter le succès d’Android, avec lequel il engrange des milliards de dollars grâce à la vente de services sans s’être imposé comme un grand vendeur de smartphones.

A part le sud-coréen LG, qui a annoncé que ses prochains appareils électroménagers (lave-linge connectés, aspirateurs-robots…) pourraient être lancés à la voix depuis Google Assistant, la firme de Mountain View n’a toutefois pas prouvé à l’IFA qu’elle était déjà en mesure de rivaliser avec Amazon en termes de nombre de gadgets compatibles.

Même s’il est présent sur davantage de marchés (Alexa n’est disponible qu’aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne), « l’écosystème de services disponible chez Google est moins riche », constate un grand équipementier qui doit prochainement sortir… une enceinte avec Alexa. La guerre ne fait que commencer.

mm

Prof d’économie et gestion, je rédige des articles pour economie-news dans toutes les rubriques du site selon l’actu du moment.