Apple Pay multiplie les partenariats en France

0

Les jeunes pousses Lydia et N26 vont proposer cette solution de paiement mobile d’ici à la fin de l’année.

Face à la résistance des banques françaises, Apple Pay a trouvé un autre moyen de gagner du terrain en France : la solution de paiement mobile multiplie les partenariats avec de plus petits acteurs dont la clientèle est très demandeuse de ce type de service innovant.

Dix jours après le Crédit Mutuel Arkéa et sa banque en ligne Fortuneo, les jeunes pousses Lydia et N26 ont ainsi annoncé, mardi, qu’elles mettraient Apple Pay à disposition de leurs clients en France d’ici à la fin de l’année. Le nom de la banque portugaise BCP est aussi apparu sur le site Internet hexagonal du portefeuille digital.

Pour les start-up, un moyen d’accélérer leur développement

Les grands acteurs bancaires se refusent à assumer l’essentiel des coûts marketing liés au déploiement d’Apple Pay, et ce tout en abandonnant au groupe de Cupertino une part importante de leurs revenus liés au paiement par carte. Mais les challengeurs du secteur voient là l’occasion d’accélérer leur développement.

« Apple Pay et toutes les solutions innovantes que nous avons vocation à développer doivent nous permettre d’accélérer le recrutement de nouveaux clients », confirme Jérôme Rosselli, directeur de N26 en France. Avec 3.000 nouveaux souscripteurs par semaine, dont près de la moitié sont propriétaires d’un iPhone, la jeune pousse espère atteindre dans l’Hexagone les 100.000 utilisateurs rapidement.

Les nouveaux partenaires du portefeuille digital y voient aussi le moyen de se rendre indispensable auprès de leurs clients. « Apple Pay va nous permettre de renforcer l’usage de Lydia », confirme Cyril Chiche, président de la solution de paiement mobile qui compte désormais près de 900.000 utilisateurs. D’autant qu’en distribuant Apple Pay, Lydia va aussi accélérer la distribution de sa carte de paiement, un autre levier pour augmenter le recours à Lydia. Pour utiliser le moyen de paiement d’Apple il faut en effet disposer d’une carte de paiement.

La promesse d’Apple Pay est aussi portée en France par la montée en puissance du paiement sans contact : fin 2017, le nombre de trans­actions sans contact devrait avoir passé le cap du milliard, soit autant que les volumes enregistrés par l’e-commerce en 2016. Ce décollage pourrait faire réfléchir d’autres acteurs plus traditionnels, confrontés à l’impossibilité de proposer une alternative à Apple Pay à leurs clients détenteurs d’un iPhone.

mm

Professeur de français, je suis également rédactrice pour Repha.fr. J'écris principalement pour la partie Immobilier qui m'intéresse particulièrement, mais il m'arrive aussi de poster sur d'autres sujets au gré de mes envies.