EasyJet déploie ses ailes en Autriche

0

La compagnie à bas coûts va créer EasyJet Europe, qui sera basé en Autriche. Objectif ? Contourner le Brexit et continuer à voler dans l’Union européenne.

Promesse tenue. Dès la décision des Britanniques d’opter pour le Brexit, lors du référendum de juin 2016, EasyJet avait annoncé qu’il chercherait à obtenir un certificat de transporteur aérien dans un autre pays de l’Union européenne (UE).

La compagnie à bas coûts, basée au Royaume-Uni, a jeté son dévolu sur l’Autriche. La nouvelle filiale, EasyJet Europe, aura ainsi son siège à Vienne. Cela lui permettra « de continuer à voler à la fois à travers l’Europe et en domestique au sein de pays européens, une fois que le Royaume-Uni aura quitté l’UE », a détaillé EasyJet dans un communiqué.

« Il y a un aspect coup de pub dans cette annonce, décrypte l’économiste Marc Touati. Dans le contexte du Brexit, le premier parti parmi les entreprises est le mieux servi, surtout médiatiquement. Pour EasyJet, il y a aussi une sorte d’effet d’aubaine car, Brexit ou pas, la compagnie se développe et elle réfléchissait à s’implanter en Europe continentale… »

Oui, mais… pourquoi l’Autriche ? « Parce que c’est un pays où il fait bon vivre fiscalement, relève Marc Touati. EasyJet a peut-être même négocié ses conditions d’installation… » Une chose est certaine, les autorités autrichiennes se frottent les mains. Christian Kern, le chancelier du pays, a salué une « formidable nouvelle pour l’Autriche ». Mais les raisons qu’il avance pour expliquer l’arrivée d’EasyJet ne sont pas les mêmes : « La qualité a battu la course au dumping salarial dans les 27 autres pays européens. Le meilleur l’a emporté sur le moins cher. Cela montre qu’une économie solide a besoin d’un Etat fort pour l’appuyer. » Le marché du travail autrichien, un peu à l’image de celui de l’Allemagne, n’en reste pas moins très flexible…

Ryanair fait planer la menace d’une interruption des vols

EasyJet, qui n’a pas fourni de calendrier, a souligné qu’aucun de ses 6 000 emplois au Royaume-Uni ne serait transféré vers l’Autriche. La maison mère d’EasyJet, qui reste à l’aéroport londonien de Luton, sera chargée de l’exploitation des 140 avions basés au Royaume-Uni. EasyJet Europe exploitera pour sa part une centaine d’appareils, en s’appuyant sur 4 000 membres d’équipage dans l’UE.

Côté concurrence, Ryanair, la low-cost irlandaise devenue première compagnie européenne, menace pour sa part d’une interruption des vols entre le Royaume-Uni et l’UE après le Brexit… Du moins tant qu’un accord ne sera pas trouvé. L’occasion pour EasyJet de conquérir des parts de marché dans l’intervalle ?

mm

Journaliste et animatrice radio, je publie sur le site d’actualités Repha.fr notamment dans les rubriques économie et finance.