GB: Theresa May en quête d’un gouvernement, fragilisé en vue du Brexit

0

Soumise à de fortes turbulences, la Première ministre britannique Theresa May doit compléter samedi la formation d’un gouvernement conservateur minoritaire fortement fragilisé, à dix jours du début prévu des négociations du Brexit.

La cheffe du gouvernement continuait à faire face à des appels à la démission, deux jours après avoir perdu sa majorité au Parlement. Mme May avait convoqué ces élections anticipées pour étendre sa domination à la Chambre des Communes. Mais plutôt que de gagner du terrain, les Tories ont perdu douze sièges pour se retrouver avec 318 députés, à huit longueurs des 326 réclamés pour avoir la majorité.

Cet échec cinglant, qui constitue un désaveu personnel pour Mme May, a conduit l’opposition travailliste mais aussi plusieurs députés conservateurs à lui demander de partir. Arguant d’un besoin de «stabilité» face à l’urgence du Brexit, la Première ministre a écarté ce scénario en déclarant vendredi qu’elle allait former un nouveau gouvernement qui «mènera à bien la sortie de l’Union européenne».

Mme May a confirmé dans la foulée les poids lourds de son gouvernement, Philip Hammond (Finances), Boris Johnson (Affaires étrangères), David Davis (Brexit), Amber Rudd (Intérieur) et Michael Fallon (Défense).

Elle doit compléter son gouvernement samedi. Il faudra notamment remplacer neuf membres de l’exécutif, surtout des secrétaires d’État, battus jeudi.

«Elle est cuite»

Parallèlement, les Tories commencent aussi les discussions avec le parti unioniste nord-irlandais du DUP dont ils ont désormais cruellement besoin. Avec dix sièges, ce parti régionaliste ultra-conservateur, dirigé par Arlene Foster, permettrait à Theresa May d’avoir le soutien nécessaire pour gouverner tant bien que mal.

Le nouveau Parlement siégera une première fois mardi, avant la cérémonie d’ouverture solennelle le lundi 19 juin, c’est-à-dire le jour prévu pour lancer les négociations sur le Brexit.

Si Theresa May s’accroche, les commentateurs s’accordent à dire que sa position reste éminemment précaire. «May se bat pour rester Première ministre», titre le quotidien Daily Telegraph, pro-Brexit. «Les Tories s’en prennent à Theresa», selon le Daily Mail. «Elle est cuite», assure même le Sun qui pense que la Première ministre ne pourra tenir au mieux que quelques mois à son poste.

Les dissensions au sein du Parti conservateur, déchiré entre les «Brexiteers» purs et durs et une frange plus europhile et inquiète des conséquences de la sortie de l’UE, risquent effectivement de rendre la situation de Mme May rapidement intenable.

Selon la députée conservatrice Heidi Allen, la Première ministre ne reste pour l’instant en place qu’à cause du début imminent des négociations sur le Brexit. «Mais je ne la vois pas durer plus de six mois», pronostique-t-elle.

La dépendance vis-à-vis du DUP pose également son lot de questions, dont celle de la neutralité du gouvernement britannique en Irlande du nord, une région toujours soumise à de fortes tensions, trente ans après la fin des «Troubles».

Conservatisme social

Le conservatisme social du DUP, opposé au mariage gay et à l’avortement, fait lever des sourcils à Londres mais aussi en Écosse où la cheffe des conservateurs Ruth Davidson a d’ores et déjà émis ses conditions.

«J’ai demandé à Theresa May l’assurance catégorique qu’en cas d’accord avec le DUP les droits de la communauté LGBT continuent à être respectés dans le reste du Royaume-Uni», a prévenu la leader des Tories écossais, qui a prévu de se marier prochainement avec sa compagne irlandaise.

En remportant douze sièges en Écosse, contre un seul précédemment, Ruth Davidson est devenue un personnage puissant avec lequel Mme May devra compter mais dont les positions divergent sur plusieurs points avec celle du DUP.

Sur le Brexit notamment, Ruth Davidson penche pour un Brexit moins dur que celui préconisé jusque-là par Londres et comprenant la sortie du marché unique.

Si certains analystes pensent que Theresa May pourrait modérer son ton après ce scrutin en forme de désaveu, la Première ministre n’a donné pour l’instant aucun signe qu’elle allait infléchir sa position.

Le DUP milite lui aussi pour la sortie du marché unique. Mais le parti unioniste «préfère éviter le scénario du +pas d’accord vaut mieux qu’un mauvais accord+», explique Stephen Booth, politologue du cercle de réflexion Open Europe.

Le parti unioniste sera particulièrement attentif sur la question de la frontière entre Irlande du nord et du sud, également une priorité pour Bruxelles.

mm

Comptable en entreprise, je suis de très près l'info économique et je la partage en écrivant des articles pour le site Repha.fr.