Gestion des enseignants: un système coûteux et peu efficace, selon la Cour des comptes

0

Des professeurs absents non remplacés, trop de débutants affectés dans les écoles difficiles et un coût du système éducatif qui s’accroît sans amélioration de sa performance: la Cour des comptes dresse un tableau sévère de la gestion des enseignants.

Quatre ans après un précédent rapport sur la gestion des 875.000 enseignants, la Cour renouvelle son diagnostic, très critique, en espérant que «la réitération d’un certain nombre de constats finira par s’ancrer dans les esprits».

Parmi les nombreux points soulevés par l’institution dans son rapport 2017, publié mercredi, figure la question des remplacements lorsqu’un professeur est absent.

La Cour chiffre à 13,6 millions le nombre de journées d’absence des professeurs dans l’enseignement public en 2014-15. Absences dues à la maladie mais aussi à des missions professionnelles (formations, participations à des examens etc…). Ces dernières représentent entre 20 et 40% des absences de moins de deux semaines en collège et lycée.

Le taux de remplacement de ces absences «courtes» dans le secondaire est d’un tiers selon le ministère de l’Education, mais de seulement 5 à 20% selon l’enquête de la Cour. Les chefs d’établissement, qui n’ont que peu de prérogatives, «ne parviennent pas à régler ces situations au sein de l’équipe enseignante», constatent les Sages de la rue Cambon.

Dans le primaire, le taux de remplacement est de 80%, indique la Cour.

Autre critique, l’affectation des professeurs à leurs postes: elle se déroule selon un dispositif «rigide» et «ne prend pas en compte la difficulté des postes», regrette la Cour des comptes.

Le nombre d’enseignants débutants dans les établissements difficiles a quasiment doublé depuis 2011, à 3.185 en 2016. Ils représentaient 23,6% de leurs effectifs en 2016, contre 20% cinq ans avant.

Affecter autant de jeunes professeurs dans ces écoles «paraît paradoxal à tout le monde, mais ça continue quand même», a déclaré le président de l’institution Didier Migaud.

Pas de contrepartie

La Cour déplore par ailleurs que les politiques sur les effectifs, les rémunérations et le temps de travail des enseignants soient «menées de façon séparée, sans mise en perspective de manière pluriannuelle», donnant ainsi lieu à des «à-coups dommageables en terme de recrutement».

En 2007 avec Nicolas Sarkozy puis 2012 avec François Hollande, «la question du nombre des enseignants a été au cœur des débats sur le système éducatif», avec une réduction ou une hausse des effectifs. Ces brusques à-coups déboussolent les éventuels candidats au métier d’enseignants, regrette l’institution.

Elle note aussi que la période 2012-2017 «a été marquée par une revalorisation salariale significative» et une nette réduction de l’écart avec les rémunérations des enseignants dans les pays comparables à la France. Mais ces embauches et hausses des salaires «n’ont pas été assorties de contreparties dans les conditions d’exercice du métier, dans l’organisation ou dans le temps de travail».

Ces améliorations doivent être corrélées à une révision des tâches à effectuer par les enseignants, en plus de leurs heures de cours. La Cour recommande notamment de fixer le nombre d’heures de travail sur une année (annualisation) et non à la semaine comme c’est le cas actuellement, ce qui permettrait une plus grande souplesse par exemple pour les remplacements des collègues absents.

Car «la déconnexion actuelle» entre ces «leviers majeurs de la gestion des enseignants» aboutit à «une situation doublement désavantageuse» pour l’intérêt public: le coût du système éducatif s’accroît sans que sa performance ne s’améliore, et les marges de manœuvres budgétaires sont limitées pour accompagner des réformes indispensables, estime la Cour des comptes.

Elle appelle à «ne plus dissocier hausse des effectifs ou des rémunérations» d’une «réforme du mode de gestion».

Dans sa réponse, le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer indique que les évolutions à venir s’inscriront «dans une approche davantage qualitative de la gestion des ressources humaines, au bénéfice des enseignants et au service du progrès des élèves».

De son côté, le Snes-FSU, premier syndicat des enseignants du secondaire, lit dans ce rapport «l’obsession à vouloir contraindre et formater le métier d’enseignant dans le seul but de faire des économies à court terme».

mm

Rédacteur en chef du site Repha.fr spécialiste de l’économie, il est passionné par l’économie et les nouvelles technologies. Il publie des actualités liées à l’économie, la finance et les technologies. Il est actuellement Gérant de la société Impact Seo, une agence web basée Aix-En-Provence.