Grèce: un séisme en pleine saison touristique fait deux morts sur l’île de Kos

0

Un Suédois et un Turc sont morts vendredi matin lors d’un fort séisme sur l’île grecque de Kos, qui a fait plus de cent blessés, dont cinq graves, en pleine période touristique.

La secousse d’une magnitude de 6 à 6,7 est survenue au milieu de la nuit et a également été fortement ressentie en Turquie. Selon l’agence de presse grecque ANA, les victimes sont âgées respectivement de 27 et 39 ans. Les deux touristes circulaient dans le centre-ville, encore très animé malgré l’heure tardive, et ont été tuées par l’effondrement d’un bar ou par des pierres d’autres vieux bâtiments avoisinants qui ont subi d’importants dégâts.

L’île de Kos est habituellement très fréquentée par des jeunes touristes. La capacité des infrastructures touristiques s’élève à 100.000 lits et plus de 85% sont actuellement réservés, selon une source policière locale. «Les gens restent inquiets mais le calme revient progressivement», a indiqué cette source. De nombreuses personnes se pressaient cependant à l’aéroport vers 07h00 GMT, désireuses de quitter l’île, a constaté une photographe. Le porte-parole du gouvernement grec, Dimitris Tzanakopoulos, a indiqué qu’hormis le port de Kos, qui a été fermé au trafic en raison d’un affaissement, le trafic étant détourné vers Kalimnos, les autres dommages étaient contenus.

«La situation sur l’île semble parfaitement contrôlée et nous avons un retour à la normale», a-t-il déclaré sur la télévision d’Etat ERT. «L’aéroport fonctionne et les routes sont en bon état. Il n’y a pas de dommage majeur aux habitations ou aux immeubles», a-t-il ajouté. Les cinq personnes les plus gravement touchées ont été transportées à l’hôpital d’Heraklion en Crète pour y être soignées.

Surpris dans leur sommeil

La secousse, de magnitude 6,7 selon l’institut géologique américain (USGS) et de magnitude 6 selon l’Observatoire d’Athènes, est survenue vendredi à 01h31 heure locale (22h31 GMT jeudi). L’épicentre du séisme, qualifié de «très fort» par l’Observatoire d’Athènes, se trouvait à 10 kilomètres au sud-est de la ville côtière turque de Bodrum et à 16,2 kilomètres à l’est de Kos,selon l’USGS et l’Observatoire d’Athènes.

Outre les îles grecques, le séisme a été fortement ressenti sur les côtes occidentales turques proches et surtout dans la ville turque de Bodrum. A Rhodes, la secousse a surpris les touristes dans leur sommeil. L’hôtel du club Marmara de Theologos, à 30 kilomètres de la ville de Rhodes, «a tangué comme un navire, et j’ai cru qu’il allait s’effondrer», a témoigné une journaliste sur place.

«On a été très surpris. Cela nous a fait peur et on est immédiatement sortis», a témoigné Teddy Dijoux, 38 ans, un père de famille en séjour au club-hôtel. Dans la ville turque de Bodrum, la secousse a également été ressentie fortement pendant au moins une vingtaine de secondes, selon une autre journaliste sur place, précisant que depuis la forte secousse, il y avait eu au moins cinq ou six répliques de moindre intensité. De nombreuses fissures sont apparues sur les bâtiments à Bodrum et l’hôpital de la ville a été évacué, pour des raisons préventives, selon les médias turcs.

Séismes fréquents

A Turgutreis, ville balnéaire située à 20 kilomètres de Bodrum, la maison secondaire de Dilber Arikan, une retraitée de 59 ans, originaire d’Ankara, a subi de nombreuses fissures. «Je dormais et le lit a été secoué… Des bouteilles sont tombées par terre et se sont cassées dans la cuisine, j’ai crié», a-t-elle témoigné.

Les séismes sont fréquents en Grèce et au large des côtes occidentales de la Turquie, en mer Egée, qui se trouve entre les deux pays. Le 12 juin, une personne est morte et une dizaine d’autres ont été blessées sur l’île grecque de Lesbos, par un séisme de magnitude 6,3 qui a été ressenti tant à Athènes qu’à Istanbul. «L’archipel de Dodécanèse, où Rhodes et Kos se situent, est très sismique. En 1933, un fort séisme à Kos avait fait 200 morts, heureusement le séisme d’aujourd’hui est gérable» , a assuré le sismologue Gerassimos Papadopoulos soulignant pourtant que les répliques du séisme pourraient durer quelques semaines.

Un autre séisme, beaucoup plus meurtrier, avait dévasté en 1999 la région turque de Marmara, sur le continent, au nord-ouest de la Turquie, faisant plus de 17.000 morts.

mm

Comptable en entreprise, je suis de très près l'info économique et je la partage en écrivant des articles pour le site Repha.fr.