Le Chili scrute la faille de San Ramon, menace sismique pour Santiago

0

Elle pourrait provoquer à tout moment un séisme majeur, qui frapperait de plein fouet Santiago du Chili: la faille de San Ramon a été récemment placée sous surveillance accrue par les autorités, dans ce pays qui est l’un des plus sismiques au monde.

Personne ne peut prédire avec exactitude quand cela arrivera, mais l’historique des secousses enregistrées ces derniers milliers d’années montre que «suffisamment d’effort tectonique a été accumulé pour pouvoir générer un autre séisme important» d’un moment à l’autre, explique Gabriel Vargas, géologue et directeur du projet de suivi de la faille de San Ramon, prévu pour durer jusqu’en 2019.

Le scientifique essaie toutefois de ne pas se montrer trop alarmiste: «cela pourrait arriver dans les prochaines minutes ou cela pourrait être dans les 100 ou les 1.000 prochaines années», dit-il.

Mais la menace est réelle. Un séisme d’ampleur affecterait directement Santiago, capitale de sept millions d’habitants.

Longue d’au moins 30 kilomètres, cette faille peut provoquer des séismes «au moins deux ou trois fois plus forts que ce que l’on a ressenti lors du tremblement de terre de 2010», qui avait atteint une magnitude de 8,3 à Santiago, et 8,8 à son épicentre, dans la région de Bio Bio (sud).

Ce séisme, l’un des plus violents en un siècle, avait fait plus de 500 morts et causé 30 milliards de dollars de dégâts matériels.

Les premiers résultats du suivi de la faille ont montré que celle-ci est actuellement active, générant des séismes d’une magnitude qui ne dépassent pas, pour l’heure, les deux degrés.

Au Chili, pays frappé ces sept dernières années par trois tremblements de terre de plus de huit degrés, la surveillance sismologique est cruciale.

Avec un réseau de plus de 80 stations et un centre de suivi fonctionnant 24 heures sur 24, le Chili est prêt à détecter et informer immédiatement des caractéristiques des dizaines de séismes survenant chaque jour.

Mais la faille de San Ramon représente un autre défi.

Imprévisibles

Les autorités viennent d’installer onze stations de surveillance souterraines et s’apprêtent à en mettre une 12e, afin de prévenir de la moindre activité sismique à l’instant où elle se produit.

Ce nouveau réseau «nous sert pour connaître les caractéristiques de la faille, le potentiel de séismes qui peuvent être provoqués, le tremblement de terre le plus grand qui puisse survenir, et si cela active ou non l’ensemble de la faille», raconte  Mario Pardo, sous-directeur du Centre sismologique national.

Les séismes sont comme la mort: imprévisibles, rappelle-t-il, mais on peut se préparer au pire scénario possible.

La magnitude maximale d’un séisme provoqué par la faille serait entre 7 et 7,5, selon les registres géologiques des scientifiques. On ne peut toutefois pas écarter la possibilité d’une secousse plus forte encore.

Habitués à réagir à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit à une secousse de la surface terrestre, les Chiliens ont appris à vivre avec.

Mais il y a très peu d’expérience en matière de séismes provoqués par une faille comme celle de San Ramon, la majorité des tremblements de terre du pays étant dus à des chocs entre les plaques Nazca et Sud-américaine.

Un séisme de forte intensité dans la faille pourrait créer une rupture à la surface, entraînant des soulèvements de terrain dans l’est de la capitale, où se trouvent huit communes très peuplées, comme Las Condes, La Reina ou Puente Alto, où vivent 1,7 million de personnes.

Pour Gabriel Vargas, il est «alarmiste» de dire qu’un tel séisme peut détruire la moitié de Santiago car la capitale est bien préparée, avec notamment des normes de construction anti-sismiques qui rendent les immeubles très résistants aux secousses.

Toutefois, «cela fait de nombreuses années que nous disons qu’il ne faudrait pas construire au-dessus de la faille de San Ramon, en raison de cette possibilité de rupture à la superficie», prévient-il.

Donc, si la ville veut continuer à croître à l’est, où chaque année de nouveaux projets immobiliers sont lancés, «elle doit construire de façon différente, en prévoyant des systèmes de réponse associés à la possibilité de rupture, d’un séisme majeur dans la faille», ajoute l’expert.

mm

Journaliste et animatrice radio, je publie sur le site d'actualités Repha.fr notamment dans les rubriques économie et finance.