Ligue 1: Marseille conquérant pour «Nanard»

0

L’Olympique de Marseille a mis sur le terrain contre Toulouse (2-0) tout l’esprit de battant que le club souhaite à son ancien dirigeant Bernard Tapie, malade, pour remporter enfin une victoire probante, dimanche pour la 7e journée de Ligue 1.

Ce n’est pas encore l’OM des années «Nanard», mais la mini crise de l’automne s’éloigne bel et bien. Les Olympiens ont sorti leur meilleur match de la saison pour dominer sans coup férir un «Téfécé» faiblard.

Des buts de Florian Thauvin (32) et Lucas Ocampos (61) ont concrétisé la domination incessante des Olympiens, revenus à la 5e place, à deux points du podium, occupé par leurs vieux rivaux des Girondins de Bordeaux.

En revanche, la jeune équipe de Toulouse a produit un match embarrassant, truffé aux boulettes techniques, et vient d’aligner un troisième match sans marquer de but (1 point sur 9).

Les buts marseillais sont un peu chanceux, il y a peut-être hors-jeu sur le premier et Ocampos marque du genou, mais l’OM s’est créé assez d’occasions pour forcer la chance.

‘Bernard à jamais le premier’

Décidément, le 4-2-3-1 fonctionne mieux. Rudi Garcia vient de remporter trois victoires dans ce système, contre Konyaspor (1-0) en Europa League et Amiens (2-0) et le «Téf’» en L1. Frank Anguissa et Luiz Gustavo ont bien verrouillé le milieu de terrain, et Dimitri Payet est clairement plus joyeux en meneur de jeu, même s’il n’est pas encore le «Dim» de l’Euro-2016.

Les brûlures de Monaco (6-1) et Rennes (3-1) sont apaisés et le Vélodrome a poussé sans compter son équipe. Le stade a aussi clamé son soutien au dirigeant qui lui a ramené la Ligue des champions 1993, Bernard Tapie, atteint d’un cancer.

«Bernard à jamais le premier», clamait une grande banderole virage Nord, accompagnée de messages du même type dans tout le stade, comme le «Courage et merci Boss» du groupe de supporters la Vieille Garde. Les tribunes ont plusieurs fois chanté: «Tapie! Tapie!»

Les Winners ont aussi déployé un grand drapeau avec la fameuse «coupe aux grandes oreilles», la grande fierté du foot marseillais.

Peut-être est-ce lié, mais pour la première fois depuis longtemps, l’OM est entré à fond dans son match. Cela aurait pu se concrétiser sur un échange de centres tendus entre Clinton Njie et Lucas Ocampos, mais à chaque fois le Camerounais (4e) puis l’Argentin (11e) a manqué d’un cheveu l’offrande de son partenaire.

Ocampos du genou

Le trio offensif marseillais a multiplié les occasions, par Ocampos (23e) ou Florian Thauvin (28e) avant que le même «Flotov» ne décroche l’ouverture du score, sur un coup de billard à deux bandes. Il a bénéficié d’un contre favorable en passant entre deux défenseurs puis d’un rebond heureux sur Ocampos pour marquer (32e).

Les Toulousains râlaient après l’arbitre Benoît Millot pour un hors-jeu, mais l’OM recevait des dividendes méritées pour son esprit d’entreprise.

Marseille n’a pas relâché son étreinte et le Téfécé a encore craqué, sur un corner de Dimitri Payet repris… du genou par Lucas Ocampos.

L’OM a eu plusieurs balle de 3-0, par Anguissa (64e) ou Njie, qui a mal exploité une bonne passe en profondeur de Payet (68e), mais l’essentiel était fait. Valère Germain a pu remplacer Njie (69e), pour une fois muet, mais n’a pu marquer son premier but en L1 cette saison (90e), contré par Alban Lafont.

Pour la recrue Kostas Mitroglou, il faudra attendre, il n’était pas dans le groupe

Ocampos a eu droit comme Njie aux applaudissements du Vélodrome à sa sortie (76e, pour Bouna Sarr) pour parachever la réconciliation avec les tribunes. Ce n’est pas les Waddle ni Boli de Tapie, mais l’OM à la 5e place est plus près de ses ambitions.

mm

Rédacteur en chef du site Repha.fr spécialiste de l'économie, il est passionné par l'économie et les nouvelles technologies. Il publie des actualités liées à l'économie, la finance et les technologies. Il est actuellement Gérant de la société Impact Seo, une agence web basée Aix-En-Provence.