Mélenchon et les élus Insoumis arrivent à l’Assemblée en «porte-voix du pays»

0

Le leader de La France insoumise et nouveau député Jean-Luc Mélenchon a fait une arrivée groupée mardi à l’Assemblée nationale avec les élus LFI, en se proclamant «porte-voix du pays» et en criant «résistance» face aux projets d’Emmanuel Macron.

Cette élection de 17 députés LFI, tous nouveaux au Palais-Bourbon, «c’est un événement historique» et, «tous, on a beaucoup de fierté», a déclaré M. Mélenchon devant de nombreuses caméras aux abords de l’Assemblée.

Et celui qui entend être leur futur président de groupe d’ajouter: «Je sens une totale légitimation du projet politique qu’on a porté depuis fin 2008» et «dans quelques années nous serons au pouvoir».

Les nouveaux élus ont ensuite traversé les jardins de l’Assemblée, sous une chaleur torride, accompagnés par une nuée de journalistes. Tout sourire, M. Mélenchon a notamment eu un geste affectueux pour le jeune élu, sur le fil, de la 1ère circonscription du Nord Adrien Quatennens, 27 ans.

«Allez, avance!», a-t-il lancé à la cantonade alors que les journalistes ralentissaient.

Les parlementaires LFI ont ensuite fait une photo de famille sur les marches menant au Palais Bourbon, le poing levé et criant «Résistance!».

«Et à la fin, c’est nous qu’on a gagné», a alors lancé le nouvel élu picard François Ruffin, le mot «gagné» étant repris en chœur par les autres.

M. Mélenchon, interrogé sur ce qu’il ressentait, a répondu: «les ondes telluriques émanent de ceux qui avant nous ont eu à trancher ici: le grand Jaurès et les autres. Et on en a le cœur gros comme ça tous autant qu’on est là. Regardez nous bien, nous sommes la suite de cette histoire-là qui recommence».

Empêché momentanément d’accéder à la salle des Quatre colonnes, où les parlementaires rencontrent les journalistes, par cette arrivée très médiatique, un nouveau député a maugréé: «ça y est, Mélenchon commence l’obstruction!».

L’ancien candidat à la présidentielle était entouré notamment d’Alexis Corbière, d’Éric Coquerel, de François Ruffin ou encore de Clémentine Autain.

«Le groupe que vous voyez ici est à l’image du pays, de sa composition sociale», avec une bibliothécaire, une aide-soignante ou encore un technicien, a vanté l’ancien sénateur et ex-député européen.

Les députés communistes vont-ils se joindre à leur groupe? «On va parler ensemble, on a plusieurs questions préalables à régler» et il y a eu des «malentendus», a dit M. Mélenchon, évoquant notamment son remplacement au Parlement européen.

Bastien Lachaud, élu en Seine-Saint-Denis et portant sa cocarde, considère faire partie d’«un groupe d’opposition qui porte une alternative progressiste, sociale, écologiste, et qui sera fermement opposé aux projets d’Emmanuel Macron, tant sur la question de la destruction du Code du travail par ordonnances que l’inscription de l’état d’urgence dans le droit commun ou encore la ratification du CETA».

Danièle Obono, élue à Paris, promet que malgré leur nombre réduit, ils feront «deux fois, trois fois, quatre fois plus que tout le monde pour que ce soit entendu dans l’hémicycle et en dehors».

M. Mélenchon a lancé «un appel» aux socialistes: «la première étape de votre décontamination, c’est voter contre la confiance au gouvernement». C’est le «ticket d’entrée» pour des discussions avec LFI», a-t-il prévenu, jugeant qu’«il va falloir réhabiliter ce mot, la gauche» et «la première étape, c’est la clarté».

mm

Journaliste et animatrice radio, je publie sur le site d’actualités Repha.fr notamment dans les rubriques économie et finance.