NKM juge «nécessaire» la présence d’une «droite constructive» à l’Assemblée

0

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate LR aux élections législatives à Paris, a estimé mardi qu’il «serait nécessaire qu’une droite constructive mais autonome soit représentée» à l’Assemblée nationale.

Mardi en fin de journée, elle doit recevoir dans la circonscription qu’elle vise la visite du maire de Bordeaux, Alain Juppé, à qui elle avait apporté son soutien à l’issue du premier tour de la primaire, a-t-on appris dans l’entourage de la candidate.

Interrogée par Le Parisien sur une possible émergence à l’Assemblée de deux groupes de droite à l’issue du scrutin, la députée de l’Essonne a constaté la présence de «lignes de fracture» au sein de son parti, précisant que «certains ne vieilliront pas ensemble».

«Avec la vague En Marche! qui s’annonce, il serait nécessaire qu’une droite constructive mais autonome soit représentée. Ne pas avoir de débat à l’Assemblée, c’est prendre un risque pour la démocratie», a ajouté NKM, qui aspire à succéder à François Fillon dans la 2e circonscription de Paris, mais fait face à l’opposition plus que sérieuse du candidat REM Gilles Le Gendre ainsi qu’à celle de deux dissidents LR.

Consciente que «dans dix jours (sa) voix peut s’éteindre», l’ex-candidate à la primaire de la droite a martelé qu’elle «ne renierait pas (sa) liberté ni ce qu'(elle) porte depuis des années: une droite moderne, ouverte et européenne».

Henri Guaino, un des dissidents de LR se présentant dans la même circonscription, a affirmé à Public Sénat et Sud Radio que son «combat» face à NKM a «un sens». «Si on ne tranche pas les contradictions qui aujourd’hui dévastent les grands partis politiques (…) nous ne reconstruirons plus rien», a estimé le député LR sortant des Yvelines.

S’il est battu, il arrêtera la politique. «Je retournerai dans mon corps d’origine et puis voilà», a précisé le haut fonctionnaire.

M. Guaino envisage un éclatement de LR et deux groupes de droite à l’Assemblée.

Selon lui, avec LR et également le PS, «on a créé deux grands cartels électoraux avec beaucoup de gens qui n’ont plus grand-chose à se dire» et «on arrive à la fin de ce cycle, tout cela explose».

Si la République en marche obtient la majorité à l’Assemblée, «on va avoir une assemblée de godillots d’autant plus malléable qu’il n’y a pas de personnalités politiques structurantes à part quelques vieux chevaux de retour qui se recasent», a pronostiqué cette ancienne plume de Nicolas Sarkozy.

Dans la 2e circonscription de Paris, qui comprend le Ve ainsi qu’une partie des VIe et VIIe arrondissements, François Fillon n’avait devancé Emmanuel Macron que de quelques dixièmes de points (37,34% à 36,96%) au premier tour de l’élection présidentielle.

Dimanche, un sondage Ifop-Fiducial dans le Journal du Dimanche donnait NKM largement battue, à 32% contre 68% pour Gilles Le Gendre.

mm

Professeur de français, je suis également rédactrice pour Repha.fr. J'écris principalement pour la partie Immobilier qui m'intéresse particulièrement, mais il m'arrive aussi de poster sur d'autres sujets au gré de mes envies.