Présidentielle 2017: mode d’emploi

0

Près de 47 millions d’électeurs sont appelés à voter au premier tour le 23 avril, puis au second tour le 7 mai, pour élire le nouveau président de la République française appelé à succéder au socialiste François Hollande:

Comment le président est élu ?

Le chef de l’État est élu au suffrage universel direct, au scrutin uninominal majoritaire à deux tours, pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois.

Il doit recueillir la majorité absolue des suffrages exprimés en un ou deux tours, quel que soit le taux de participation.

Le vote blanc, qui permet d’exprimer un refus de choix, n’est pas reconnu en France. Depuis une loi de 2014, ces bulletins sont décomptés séparément des votes nuls et annexés en tant que tels au procès-verbal de chaque bureau de vote, mais ils ne sont pas pris en compte dans le calcul des suffrages exprimés.

Les précédents présidents sont:

2012-2017 : François Hollande (socialiste)

2007-2012: Nicolas Sarkozy (droite)

1995-2007: Jacques Chirac (droite), qui a enchaîné un septennat et un quinquennat

1981-1995 : le socialiste François Mitterrand, qui a effectué deux mandats de sept ans

Qui sont les candidats ?

Les électeurs devront choisir entre onze candidats, un de plus qu’en 2012, mais cinq de moins qu’en 2002, année record en termes de candidatures.

Les quatre favoris se tiennent dans un mouchoir de poche: Marine Le Pen, 48 ans (Front National, extrême droite), François Fillon, 63 ans (Les Républicains, droite) Emmanuel Macron, 39 ans (En marche!, centre) Jean-Luc Mélenchon 65 ans (La France insoumise, gauche radicale) ont distancé dans les sondages le socialiste Benoît Hamon, 49 ans.

Les autres candidats sont: les souverainistes Nicolas Dupont-Aignan, 56 ans, Jacques Cheminade, 75 ans et François Asselineau, 59 ans, les trotskistes Nathalie Arthaud, 47 ans et Philippe Poutou, 50 ans, le député et ancien berger Jean Lassalle, 61 ans.

Comment se déroule le vote ?

46,97 millions d’électeurs sont inscrits sur les listes électorales, dont 1,3 million établis hors de France.

Les 66.546 bureaux de vote de France ouvriront à 08H00 (06H00 GMT) et fermeront à 19H00 (17H00 GMT), une heure plus tard que les précédentes présidentielles. Dans certaines grandes villes, les bureaux resteront ouverts jusqu’à 20H00 (18H00 GMT). Le vote se déroulera samedi dans les Antilles françaises, en Guyane (Amérique du Sud), à Saint-Pierre et Miquelon (archipel français d’Amérique du Nord) et en Polynésie française (Pacifique Sud).

Plus de 50.000 policiers et gendarmes, appuyés par 7.000 militaires de l’opération Sentinelle (déployés en permanence sur le territoire national depuis les attentats jihadistes de janvier 2015 à Paris), sont mobilisés.

C’est la première fois qu’une présidentielle se déroule sous le régime de l’état d’urgence, instauré dans la foulée des attentats du 13 novembre 2015.

Et les résultats ?

La loi française interdit la publication de résultats, hormis ceux concernant la participation, avant la clôture du vote, dimanche à 20H00 (18h00 GMT) pour éviter d’influencer les électeurs. La fermeture plus tardive des bureaux de vote complique la tâche des instituts de sondage, qui auront une heure de moins pour préparer leurs estimations à partir des dépouillements partiels.

Si les scores des candidats en tête sont serrés, l’image très attendue des deux finalistes qualifiés pour le second tour, qui apparaissait traditionnellement sur les écrans de télévision à 20H00 pile (18h00 GMT), n’est plus garantie. Les premières estimations seront actualisées régulièrement dans la soirée au fil de la collecte des résultats.

Le second tour opposera le 7 mai les deux candidats arrivés en tête au premier tour.

Aucun candidat n’a été élu au premier tour depuis l’instauration, en 1962, du suffrage universel direct.

L’investiture du nouveau président devra avoir lieu au plus tard le 14 mai, date d’expiration du mandat de François Hollande.

mm

Journaliste et animatrice radio, je publie sur le site d’actualités Repha.fr notamment dans les rubriques économie et finance.