Transfert Neymar: ruée vers le maillot N.10 à la boutique du PSG

0

Graal du jour: le maillot N.10 au nom de Neymar. Des centaines de fans piétinaient avec enthousiasme vendredi sur les Champs-Elysées devant la boutique du Paris Saint-Germain, qui a mis sur la table plus de 220 millions d’euros pour recruter la star brésilienne.

«On est venu de l’Eure exprès pour chercher le maillot. On a décidé ça hier soir à une heure du matin», a raconté en riant Nicolas Viger, 34 ans, supporter du PSG depuis 1987.

«La petite, elle a aussi son maillot», a-t-il poursuivi en désignant sa nièce adolescente, tous deux arborant leur maillot jaune aux écritures noires acheté à 100 euros pièce.

Vendredi matin, nombreux sont les supporters venus en famille. Charlie Ombel, retraité de 72 ans, casquette du PSG sur la tête, est accompagné de son petit-fils. Pour ce «supporter depuis 40 ans», qui a déjà «des anciens (maillots)» du club chez lui, celui de Neymar «est collector». «Il y a eu Pelé, Ronaldhino, maintenant c’est lui (Neymar).»

Ce maillot «symbolise (…) un nouveau joueur et un nouvel état d’esprit», a estimé Eric, un quadragénaire parisien qui travaille dans l’informatique. «L’état d’esprit de Neymar, c’est comme la couleur de ce maillot (jaune) : il est jeune et c’est un peu de Brésil dans notre football français», a-t-il détaillé, louant le «jeu plus créatif et plus offensif» de Neymar.

«Droit au but»

Pour ces fans, acheter le maillot dès vendredi était une question d’honneur. «Demain, il y a le match et Neymar sera présenté. Je pense que tout le monde veut le porter» lors de cette première rencontre, a expliqué Alexandre Laguerre, un trentenaire qui travaille dans la vente.

Dans cette foule majoritairement masculine, des femmes supportrices attendent aussi leur tour. Jennifer, 29 ans, est venue de l’Eure, «à une heure de route», pour acheter un maillot à sa fille de quatre ans. «On a déjà des billets pour Paris-Lyon en septembre.»

Outre la couleur vive du maillot, les fiers détenteurs du N.10 sont repérables à leur sourire triomphal. Parmi eux, Latif Comara, postier de 30 ans, a fait preuve d’endurance. Originaire des Yvelines, où il «se rend très souvent au camp des Loges (où s’entraîne le PSG)», il a déjà passé la soirée d’hier devant la boutique dans l’espoir que celle-ci ouvre ses portes, puis est revenu tôt ce matin pour s’assurer une place au premier rang dans la file d’attente qui s’étend sur une centaine de mètres.

«Neymar va droit au but, dans les deux sens du terme ! On espère énormément de Neymar», a-t-il justifié. Pour le moment, M. Comara espère surtout que le joueur fasse une apparition à la boutique avant la conférence de presse prévue cet après-midi au Parc, devant lequel M. Comara se rendra également.

mm

Journaliste et animatrice radio, je publie sur le site d’actualités Repha.fr notamment dans les rubriques économie et finance.