Veolia maintient le rythme, tirée par les déchets et l’énergie

0

Ambition majeure de Veolia cette année, la croissance de l’activité du leader mondial de l’eau et des déchets s’est confirmée au deuxième trimestre, tirée par les déchets et l’énergie, lui permettant de confirmer ses objectifs pour 2017.

«Les performances réalisées au cours de ces six premiers mois sont une nouvelle fois très satisfaisantes. La croissance de l’activité se confirme à un rythme bien soutenu au second trimestre», a commenté le PDG du leader mondial de la gestion de l’eau et des déchets, Antoine Frérot, lors d’une conférence téléphonique.

Après s’être concentré pendant plusieurs années sur le rétablissement de sa situation financière, Veolia s’est attelé cette année à pousser son activité, en visant «un redémarrage de la croissance du chiffre d’affaires».

Sur les six premiers mois de l’année, Veolia a ainsi vu son chiffre d’affaires progresser de 4,3% à 12,34 milliards d’euros, un niveau légèrement supérieur aux prévisions du consensus d’analystes compilé par FactSet, qui tablaient sur 12,2 milliards d’euros.

Le PDG de Veolia a notamment mis en avant «la décision prise en fin d’année de renforcer nos dépenses commerciales». Malgré la fin du contrat pour la ville de Vilnius en Lituanie fin mars, les gains de contrats ces derniers mois ont permis au groupe d’engranger 122 millions d’euros de chiffre d’affaires sur le semestre.

Les récentes acquisitions — Chemours dans les déchets aux Etats-Unis ou la décharge de Pedreira au Brésil — ont aussi représenté un gain de 157 millions d’euros sur la période.

A changes constants, l’activité est ainsi restée très dynamique dans les déchets (+6,3%) et l’énergie (+9,2%), et elle s’est même redressée dans l’eau au deuxième trimestre pour terminer le semestre en hausse de 1%.

Le groupe a bénéficié de hausses de tarifs et des volumes traités dans les déchets, ainsi que de la progression du prix des matières recyclées, qui ont compensé la mauvaise tenue des activités pour les industriels aux Etats-Unis.

Les activités dans l’énergie ont elles été portées par le climat favorable en Europe centrale. L’international continue également de porter la croissance, notamment en Amérique du Nord (+16,7%), en Chine (+36,6%), et en Amérique latine (+23,7%).

La France, qui représente plus de 21% du chiffre d’affaires, reste en léger repli de 0,9%.

Plan d’économies en ligne

En parallèle, Veolia continue de bénéficier des efforts réalisés ces dernières années pour améliorer sa situation financière, avec sur ce front des résultats «légèrement meilleurs que prévu», selon les analystes de Bryan Garnier.

Au premier semestre, le bénéfice net courant s’établit à 295 millions d’euros, en repli de 8,6% en données publiées, mais en hausse de 4,4% hors plus-values et à changes constants.

Sur le semestre, Veolia a pâti d’un effet de comparaison défavorable par rapport à l’an dernier où il avait bénéficié de plus-values de cession plus importantes.

Pour la même raison, le bénéfice net s’affiche à 205 millions d’euros en repli de 18,4%. L’excédent brut d’exploitation (Ebitda), objectif majeur du groupe, est lui en légère hausse de 0,3% à 1,65 milliard d’euros, conforme aux attentes des analystes.

Il a notamment bénéficié de la poursuite des efforts d’économies du groupe. Elles atteignent 126 millions d’euros sur le semestre, en ligne avec l’objectif de 250 millions d’euros fixé pour l’ensemble de l’année.

Il est en ligne avec les attentes du groupe, qui table sur une «stabilité ou croissance modérée» de l’Ebitda cette année, puis une croissance «plus soutenue» en 2018, pour atteindre «entre 3,3 et 3,5 milliards d’euros» en 2019.

«Les résultats ressortent en légère progression dès ce semestre, ce qui nous rend très confiants dans l’atteinte de nos objectifs annuels», a commenté Antoine Frérot, cité dans un communiqué.

A la Bourse de Paris, l’action Veolia progressait de 0,83% à 18,83 euros à 9H11 (7H11 GMT), dans un CAC40 en légère hausse de 0,14%.

mm

Journaliste et animatrice radio, je publie sur le site d’actualités Repha.fr notamment dans les rubriques économie et finance.