Volkswagen veut accentuer ses gains de productivité

0

La marque de voitures Volkswagen veut, en dépit d’un bon début d’année, encore accroître ses gains de productivité et se lancer dans une offensive commerciale pour tourner la page du scandale du diesel, a indiqué vendredi son patron Herbert Diess.

«Le bon premier trimestre nous donne une impulsion pour les mois à venir. Mais il est clair que le reste de l’année ne va pas aller de soi», a prévenu lors d’une conférence à Wolfsburg (nord) Herbert Diess, saluant toutefois les progrès déjà réalisés dans la mise en oeuvre d’une stratégie présentée en novembre visant à rendre la marque plus rentable et championne de l’électrique à l’horizon 2025.

De janvier à mars 2017, le chiffre d’affaires de la marque éponyme du groupe Volkswagen (qui fabrique aussi les voitures Audi, Porsche, Seat etc.) a augmenté de 12%, à 19 milliards d’euros, et la marge opérationnelle a grimpé à 4,6% des ventes.

Le constructeur de la Golf mise désormais sur une hausse annuelle de 10% du chiffre d’affaires et un niveau de marge opérationnelle ramené dans le haut d’une fourchette entre 2,5 et 3,5%, contre 2,1% l’an dernier. Celle-ci doit ensuite atteindre 4% en 2020 puis 6% en 2025.

Les bonnes performances du premier trimestre ne pourront se maintenir sur le reste de l’année en raison d’effets saisonniers et de coûts de lancement de nouveaux modèles tels que l’Atlas, un SUV à 7 places, le T-Roc, un SUV dérivé de la Golf, et l’entrée du modèle Tiguan aux Etats-Unis. Cela pèsera sur les résultats, a prévenu le directeur financier Arno Antlitz. En tout, Volkswagen compte lancer dix modèles cette année, dont la moitié de vraies nouveautés.

Ancien manager de BMW recruté en 2015 pour redresser la faible rentabilité de Volkswagen, Herbert Diess compte améliorer la compétitivité de la marque par des gains de productivité en 2017 et 2018 de 7,5% chaque année, concernant les usines de composants (moteurs, engrenages, etc.) et d’assemblage.

En novembre, la marque Volkswagen avait aussi annoncé la suppression de 30.000 postes, principalement en Allemagne dans le cadre d’un plan de restructuration adopté avec le comité d’entreprise. Mais en parallèle, le constructeur veut créer des emplois pour accélérer son développement notamment dans la voiture électrique.

Le premier constructeur automobile européen vise d’ici à 2020 le retour à l’équilibre en Amérique du Nord, une région d’où le scandale du diesel est parti, ainsi qu’en Amérique latine et en Russie. Ce redressement doit passer par le lancement de plusieurs SUV.

En Chine, premier marché de la marque VW en volume, le défi consiste à préserver sa forte position en planifiant la production sur place de nouveaux modèles répondant à de nouvelles formes de propulsions.

Malgré le scandale des moteurs truqués, le segment diesel reste quant à lui «apprécié des clients» et «bénéficie d’un soutien politique», a affirmé Herbert Diess. «Nous voyons dans le monde, en particulier en Europe, un bel avenir pour le diesel», a-t-il assuré.

mm

Gérant de ma société, je suis passionné par l'actu en général et je participe à la rédaction d'articles pour Repha dans les rubriques Economie et France.