L’Ethereum dans un bear market depuis le troisième trimestre

0
150

Si le cours de l’Ethereum avait atteint les 340 USD au début du mois de juin, il n’a cessé de baisser depuis le 26 juin. Actuellement, son cours est estimé aux environs de 165 USD, soit une baisse de 50% qui inquiètent les détenteurs de jetons. Le cours de ces derniers avait démontré une belle hausse depuis le début de l’année, mais il semble maintenant revenir à sa valeur initiale.

Selon certaines analyses, dont celle du cofondateur de Placeholder Chris Burniske, le marché de l’ETH subi actuellement la même mésaventure subie par le Bitcoin pendant la période 2014-2015. En effet, le BTC y avait chuté à 200 USD, alors qu’il avait dépassé les 1 120 USD en novembre 2013.

Si cette analyse s’avère juste, alors l’Ethereum peut espérer un meilleur avenir dans les prochains mois. Néanmoins, les signes actuels démontrent que l’ETH soit confronté à un bear market depuis le 26 juin.

Les actuels facteurs qui font chuter le cours de l’Ethereum

comment créer une société offshore?

Bien que Chris Burniske ait déjà dévoilé de nombreuses prévisions qui se sont justifiées auparavant, le cas actuel de la baisse du cours de l’Ethereum semble ne pas coïncider avec son analyse. En effet, la chute du cours de ce crypto-actif reflète actuellement un marché en baisse ou bear market. Ce dernier est particulièrement craint par les investisseurs, puisqu’il peut durer plusieurs mois, trimestres, voire même des années.

Pourquoi craindre un bear market pour l’Ethereum ?

Techniquement, le marché de l’Ethereum est au cœur d’un marché en chute depuis le 26 juin. En effet, il affiche une baisse de plus de 20% de son cours par rapport au sommet atteint avant ce point de rupture. Cette inversion de la courbe a également lieu après une tendance à la hausse intervenue pendant une longue période, soit depuis le début de l’année 2018. Le risque que la tendance baissière persiste est généralement dû à des facteurs psychologiques.

En effet, les investisseurs anticipent une longue période de chute du marché et cessent leurs ordres d’achat pour vendre. Or, les acquéreurs se font également plus rares, d’où des influences toujours plus négatives sur les cours. Pour détecter un bear market, les acteurs de l’univers des cryptomonnaies se basent également sur des analyses au niveau de plusieurs unités de temps.

Entre autre, les unités journalières peuvent démontrer une tendance baissière lorsque les données MM200 sont supérieures à celles MM50. Cela peut être combiné au constat d’une cassure d’une tendance haussière à long terme pour identifier un éventuel marché en baisse, comme celui auquel est actuellement confronté l’Ethereum. Ce dernier a notamment perdu la moitié de sa valeur au cours des deux derniers mois, après une tendance à la hausse qui a duré plus d’un an.

L’Ethereum en attente d’améliorations

Compte tenu de la situation dans laquelle se trouve l’Ethereum, son fondateur Vitalik Buterin se voit obligé d’intervenir. Selon ce dernier, la blockchain de l’ETH aurait actuellement presque atteint sa limite. Ce remplissage est surtout dû au manque de scalabilité de la blockchain. Cette dernière ne peut plus s’étendre pour absorber les flux de transactions et engendre des ralentissements ou des blocages. A cause de cela, les transactions qui s’effectuent sur le réseau sont devenues très chères.

Ainsi, les volumes d’échanges diminuent et impactent sur le cours des jetons. Pour le fondateur de l’Ethereum, pour que le cours de cette crypto change de direction à la hausse, la solution est de reconquérir les acteurs en offrant une meilleure scalabilité au réseau. Cette amélioration permettra de réduire considérablement les délais des transactions.

Des projets en vue sur le réseau Ethereum

Vitalik Buterin considère qu’en plus de la scalabilité de la blockchain Ethereum, il est également nécessaire d’améliorer la convivialité et la sécurité du réseau. D’ailleurs, les questions relatives à la protection de la vie privée des utilisateurs de cryptomonnaies font actuellement l’objet d’études approfondies par les régulateurs.

Ethereum, une blockchain pleine de promesses

Le réseau Ethereum a démontré à maintes reprises sa fiabilité. Grâce à ses smart-contracts et sa compatibilité avec des applications décentralisées dApps, il propose un environnement de choix pour les grosses transactions et les investisseurs en recherche d’un réseau de grande fiabilité. Cela a d’ailleurs été confirmé le 23 août par la réalisation d’une levée de fonds de 110 millions de dollars australiens (80 millions USD) par la Banque Mondiale.

Cette dernière a utilisé la technologie ETH pour mener à bien cette émission d’obligations nommées Bond-i. (Blockchain Operated New Debt Instruments) au niveau d’une blockchain privée du réseau, sous la supervision de Microsoft. Cette coopération prestigieuse conforte ainsi Ethereum en tant que projet fiable et attire d’autres organismes publics à étudier de prochains projets d’émissions obligataires via le protocole ETH.

En outre, l’énorme potentiel de développement autour des smart-contrats et des dApps assure aussi de grandes promesses au réseau. C’est d’ailleurs pour favoriser ces dernières, que les développeurs travaillent actuellement sur le hard fork Istanbul qui est prévue en octobre 2019. De nombreuses propositions EIP sont ainsi en cours d’études pour être intégrées au prochain réseau Ethereum 2.0.