Revolut renforce sa stratégie d’expansion européenne et internationale

0
122

Avec une aventure débutée en 2015 au Royaume-Uni, la fintech Revolut bénéficie désormais de deux nouvelles licences au niveau européen, obtenue au niveau de la Banque Centrale lituanienne. L’une lui permet d’opérer en tant qu’établissement électronique et l’autre, en tant que banque classique. Ainsi, elle a entamé sa croissance au niveau de ses offres, en complétant les services de virements transfrontaliers au taux de change réel, avec des possibilités de découvert, des prêts, des dépôts à terme et des livrets épargnes.

Dans le cadre de cette stratégie de croissance, le fintech prévoit maintenant de renforcer ses infrastructures, avec notamment l’installation de son deuxième plus important centre de relation client au Portugal. Cette extension lui permettra de bénéficier d’un tiers supplémentaire de son effectif actuel et aura surtout pour objectif de garantir un support de qualité au nombre grandissant de ses clients.

Revolut veut dominer le secteur de la fintech en Europe

En l’espace de trois ans, depuis son lancement, Revolut s’est largement déployé en Europe, avec actuellement plus de 6 millions de clients. Après l’obtention de ses licences européennes, la Fintech a ainsi bénéficié d’une solide accélération, grâce à ses nouvelles offres grand public. Ce développement à l’échelle européenne est notamment accompagné par un projet d’envergure au Portugal.

Revolut installe un centre de relation client géant européen au Portugal

comment créer une société offshore?

Afin d’accompagner la fulgurante croissance du nombre de ses clients, Revolut est en train de mettre en place son deuxième plus grand centre de gestion européen dans la péninsule ibérique. Pour la mise en place de cette infrastructure, l’entreprise a décidé de réaménager une ancienne usine de mise en conserve de sardines. Ce local pourra accueillir pas moins de 470 nouveaux salariés, alors que la néobanque n’emploie actuellement que 70 personnes dans ce pays. Ce projet qui accompagne sa stratégie d’expansion européenne bénéficie d’un budget de 4 millions d’euros.

Grâce à cette nouvelle filiale, elle vise à augmenter de 30% le nombre actuel de ses salariés dans le monde, soit près de 1 300 personnes. Pour l’instant, c’est en Pologne que l’entreprise a installé son premier centre de traitement de relation client en termes de taille d’effectif.

La mise en service du nouveau site portugais permettra à Revolut de profiter de deux grandes implantations européennes. D’ailleurs, ce site est prévu pour être opérationnel d’ici la fin de l’année.

Une belle montée de croissance chez Revolut en 2019

Alors que Revolut ne disposait que de 950 000 clients dans le monde en novembre 2017 et 1,5 millions d’utilisateurs début 2018, elle affiche désormais plus de 6 millions d’abonnés. Cependant, cette croissance a surtout été enregistrée au Royaume-Uni, où elle revendique actuellement près de 2,7 millions d’utilisateurs britanniques. Dans les autres pays, ses parts de marché montent également en flèche, avec entre autre 550 000 clients actuellement recensés en France, contre 300 000 au mois de juillet 2018.

Au Portugal où son nouveau centre de relation client est en construction, la fintech bénéficie aujourd’hui de 250 000 clients, contre seulement 100 000 abonnés au début 2019. Le concept de Revolut est particulièrement intéressant dans la mesure où une simple application mobile permet de gérer ses finances et de faire des retraits, ainsi que des paiements par carte à frais réduits voire gratuits, peu importe où l’on se trouve.

A l’heure où les déplacements transfrontaliers sont largement démocratisés, l’entreprise bénéficie d’un solide potentiel d’expansion, malgré l’arrivée de certains concurrents émanant de la fintech ou des banques traditionnelles.

La stratégie de développement de Revolut à l’international

Revolut a levé 57 millions d’euros de fonds d’investissement en 2017 dans l’objectif de financer son développement. L’entreprise tire surtout ses revenus à partir des abonnements de son offre premium, et attire les clients avec ses frais réduits de virement, de retrait et ses faibles commissions d’interchange pour les paiements par carte.

Pour assurer sa croissance, elle se base sur ses coûts maîtrisés, grâce l’internalisation de services, dont la relation client et le traitement des paiements.

Revolut recrute des hauts dirigeants

En plus de son projet d’expansion européenne, Revolut a également pour ambition de s’ouvrir à des clients américains et asiatiques, dont surtout au Japon et à Singapour. Afin de garantir cette ouverture à l’international, l’entreprise mise sur le renforcement de ses infrastructures, mais également sur l’enrichissement de l’effectif de ses cadres.

C’est dans cette optique qu’elle a procédé au recrutement de plusieurs grands dirigeants, dont notamment Wolfgang Bardorf qui a opéré au sein de la Deutsche Bank et de la grande banque d’investissement Goldman Sachs. Parmi les nouveaux dirigeants qui ont fait leur entrée chez Revolut, il y a également Stefan Wille qui était en fonction chez Credit Suisse et chez la néobanque N26. L’entreprise a aussi recruté Philip Doyle, qui était le spécialiste de ClearBank dans la lutte contre la fraude.

Afin qu’aucun obstacle ne se mette en travers de sa stratégie d’expansion internationale, la fintech a obtenu deux licences bancaires lituaniennes similaires à celles que le régulateur britannique lui a octroyé. Ainsi, en cas de Brexit sans accord, elle disposera toujours d’une licence européenne, lui permettant de continuer à bénéficier des avantages dédiés aux entreprises de la Zone Euro.