Wall Street, en baisse, affectée par les déboires d’Apple

0

Wall Street évoluait en baisse mardi à la mi-séance, affaiblie par le pessimisme entourant les ventes d’iPhone X au premier trimestre 2018: le Dow Jones perdait 0,06% et le Nasdaq 0,35%.

Vers 17H15 GMT, le Dow Jones Industrial Average, l’indice vedette de Wall Street, reculait de 15,31 points à 24.738,75 points.

Le Nasdaq, à dominante technologique, lâchait 24,20 points à 6.935,79 points.

L’indice élargi S&P 500 abandonnait 0,08% ou 2,21 points à 2.681,13 points.

«La chute d’Apple est responsable de la baisse du Nasdaq, le reste du marché se portant plutôt correctement», a affirmé Peter Cardillo de First Standard Financial.

Le cours de la marque à la pomme perdait 2,63% à 170,42 dollars après la publication d’informations dans la presse taïwanaise évoquant des anticipations de ventes de l’iPhone X à 30 millions de téléphones au premier trimestre 2018, contre 50 millions lors de précédentes estimations du géant américain.

«L’article de presse évoque par ailleurs le fait que Foxconn (premier sous-traitant mondial des géants de l’électronique) n’embauche plus dans son usine de Zhengzhou et qu’Apple a fait arrêter la production de processeurs A11 pour l’iPhone X», a indiqué la société Factset.

Ces informations de presse mettent en lumière «la baisse par plusieurs analystes des prévisions d’expéditions d’iPhone X pour le premier trimestre, sous l’effet d’une demande tiède», a commenté Patrick O’Hare de Briefing.

La baisse d’Apple affectait d’autres entreprises liés à la marque à la pomme à l’instar de Finisar (-3,44% à 20,65 dollars), Broadcom (-1,78% à 257,67 dollars) et Cirrus Logic (-1,45% à 51,62 dollars).

Le secteur de l’énergie venait à l’inverse limiter les pertes sur les marchés, le prix du pétrole américain bondissant de 1,33 dollar après une explosion sur un oléoduc en Libye.

Le pétrole s’envole

L’indice regroupant les sociétés de l’énergie au sein du S&P 500 prenait 0,89%, la plus forte progression de l’indice élargi.

Le pétrole américain se dirigeait vers une clôture à un plus haut depuis juin 2015, après s’être maintenu depuis plusieurs semaines à un niveau élevé.

C’est «un signe positif qui montre une économie américaine robuste avant d’entamer l’année 2018», a indiqué M. Cardillo.

L’indicateur du prix des logements aux Etats-Unis pour octobre est venu apporter de l’optimisme aux investisseurs, s’inscrivant en progression, sous l’effet de ventes en hausse et de faibles stocks.

Les indices de Wall Street devraient peu évoluer dans les prochains jours d’après la plupart des analystes, à l’ouverture de cette semaine suivant Noël et précédant le réveillon de fin d’année.

«Le calendrier économique est léger cette semaine, l’actualité politique étant ralentie après la promulgation par le président Donald Trump de la réforme fiscale vendredi», ont commenté les analystes de Wells Fargo.

Promesse de campagne du milliardaire américain, la réforme fiscale prévoit notamment un taux d’imposition des entreprises à 21% et la baisse du taux d’imposition des plus hauts revenus.

Le marché obligataire montait: le rendement des bons du Trésor à 10 ans reculait à 2,461% contre 2,481% vendredi soir, et celui des bons à 30 ans baissait à 2,809% contre 2,831% vendredi.

Sur le front des valeurs, Boeing avançait (+0,24% à 295,81 dollars) après l’annonce vendredi par le Pentagone d’un contrat de 6,2 milliards de dollars avec le Qatar pour la fournitures d’avions de combat F-15.

Le secteur de la vente de détail progressait fortement, Kohl’s prenant 5,91% à 56,83 dollars, Macy’s gagnant 5,03% à 26,96 dollars et Nordstrom avançant de 2,69% à 48,82 dollars, après la publication d’un rapport de Mastercard évoquant des ventes en forte progression entre novembre et Noël.

mm

Rédacteur en chef du site Repha.fr spécialiste de l'économie, il est passionné par l'économie et les nouvelles technologies. Il publie des actualités liées à l'économie, la finance et les technologies. Il est actuellement Gérant de la société Impact Seo, une agence web basée Aix-En-Provence.